Rechercher

Tout comprendre sur les NFT et la Metaverse Fashion Week


La mode n'a cessé ces derniers temps de renforcer son existence dans le metaverse. C'est notamment le cas de nombreuses maisons, à l'instar de Gucci, Paco Rabanne et Givenchy, qui faisaient récemment leurs premiers pas dans la sphère NFT. Quelques semaines seulement après la Fashion Week automne-hiver 2022-2023 qui s'est déroulée de manière physique de New York à Londres en passant par Milan et Paris, la mode a également suivi sa toute première Metaverse Fashion Week. Un rendez-vous 100% virtuel qui s'est tenu du 24 au 27 mars 2022, et qui comprenait des défilés, des expériences, mais aussi des after-parties sur la plateforme Decentraland. L'occasion d'en apprendre davantage sur le metaverse à travers l'œil de la photographe de mode et férue de NFT Adeline Mai. Décryptage et conseils.

Entretien avec Adeline Mai, pour s'initier aux NFT et au metaverse

Vogue. Qu'attendre de cette première Metaverse Fashion Week ? Adeline Mai. Pendant quatre jours, il y aura des défilés, des expériences mode, des soirées et des concerts, le tout pour montrer des créations numériques et ce qu’on appelle des wearables de designers. Les wearables sont des NFT de vêtements ou accessoires que l'on peut faire porter à son avatar. Il y aura des présentations de vêtements que l’on pourra acheter sous forme de NFT et pour certains créateurs, en plus d’acheter le wearable, destiné à être porté dans le metaverse, il sera possible de recevoir le meme article en physique. Des talks animés par Nick Knight, des événements organisés par Tommy Hilfiger, Etro, Paco Rabanne, une performance de Grimes… Autant de choses que l'on peut attendre de cette première Metaverse Fashion Week !

Pourrait-elle, sur le long terme, remplacer la Fashion Week physique ? C’est la toute première Fashion Week du metaverse, même les participants ne savent tout à fait encore réellement à quoi s’attendre. Je ne crois pas que la Fashion Week de Decentraland remplacera la Fashion Week réelle mais sera comme “un plus”, de la meme manière que les vidéos des défilés ne les remplacent pas, mais sont un moyen de communication supplémentaire. Le consommateur pourra essayer sur son avatar un vêtement, décider de l’acheter de manière numérique et, par exemple, grâce à DressX, le porter en réalité augmentée sur Zoom ou Google Meet. Certaines marques proposeront d'envoyer également ce wearable en physique. À l’inverse, certains designers comme Rebecca Minkoff ont décidé de créer des wearables pas du tout pratique dans la vraie vie mais sensationnels pour les avatars. Il est tout de même plus confortable de porter des armures et des talons de 15 centimètres dans le metaverse qu'au quotidien !


source: https://www.vogue.fr/

1 vue0 commentaire